Biographie du
Professeur Muhammad Yunus

Né en 1940 dans la ville portuaire de Chittagong, le Professeur Yunus a suivi des études à l’Université de Dacca au Bangladesh avant de recevoir une bourse Fulbright pour étudier l’économie à l’Université Vanderbilt aux Etats-Unis. Il y reçoit un doctorat en économie en 1969 et devient l’année suivante professor associé en économie à l’Université de Middle Tennesee State University. En rentrant au Bangladesh quelques années plus tard, il prend la tête du département d’économie de l’Université de Chittagong.

Banquier des Pauvres, le Professeur Muhammad Yunus établit la Grameen Bank au Bangladesh en 1983, animé par la conviction que l’accès au crédit est un droit humain fondamental. Son objectif est alors d’aider les personnes pauvres à s’extraire de leur condition. La banque leur offre des prêts à conditions équitables et leur inculque des connaissances financières basiques afin qu’ils puissent s’émanciper.

En 2006, Muhammad Yunus et la Grameen Bank reçoivent le Prix Nobel de la Paix, récompensant leurs efforts pour favoriser le développement économique et social. Le comité norvégien déclarait alors : “Muhammad Yunus a démontré être un véritable leader capable de traduire sa vision en actions pratiques pour le bénéfice de millions de personnes, pas seulement au Bangladesh mais dans de nombreux autres pays.”

yunus-biography

QU'EST-CE QUE LE SOCIAL BUSINESS?

Un Social Business tel que définit par le Professeur Yunus est une approche innovante pour répondre aux grand défis sociaux et environnementaux de notre époque. Il représente un outil puissant pour créer une économie à trois zéros : zéro pauvreté, zéro chômage et zéro émissions nettes de carbone.

Un social business est une entreprise économiquement viable dont la raison d’être est de servir une cause sociétale. Dans un social business, les investisseurs/actionnaires ont vocation à récupérer l’argent investi, mais renoncent à tout dividende. L’objectif de l’investissement est strictement d’atteindre un ou plusieurs objectifs sociaux à travers l’activité de l’entreprise, aucun profit personnel n’est recherché par l’investisseur.

L’impact de l’entreprise sur les personnes ou l’environnement, plutôt que le montant du profit dégagé sur une période donnée, permet de mesurer le succès d’un social business.

LES SEPT PRINCIPES DU
social business
  • L'objectif de l'entreprise sera de vaincre la pauvreté, ou un ou plusieurs problèmes (relatifs à l'éducation, la santé, la technologie, l'environnement...) qui menacent des personnes et/ou la société; et non la maximatisation du profit.
  • Soutenable financièrement et économiquement.
  • Les investisseurs récupèrent seulement leur investissement de départ. Aucun dividende n'est reversé au delà de la somme investie.
  • Quand l'investissement est remboursé, le profit reste dans l'entreprise pour servir à son développement.
  • Sensible aux questions de genre et respectueux de l'environnement.
  • Les employés reçoivent des salaires équivalents à ceux du marché et travaillent dans des conditions meilleures.
  • Faites-le avec joie!
PUBLICATIONS
Vers un monde sans pauvreté
Le micro-crédit et la bataille contre la pauvreté mondiale

L'histoire inspirante de comment le Prix Nobel de la Paix Muhammad Yunus a créé la Grameen Bank et transformé le sort de millions de personnes pauvres autour du globe.

Muhammad Yunus était professeur d'économie au Bangladesh quand il a réalisé que les personnes les plus défavorisées de sa communauté étaient systématiquement négligées par le système bancaire. Personne ne voulait leur prêter de l'argent. Yunus a conçu une forme innovante de banque, le micro-crédit, permettant d'offrir de très petits prêts aux personnes les plus pauvres sans dommages et d'enseigner la gestion de ces prêts et la création d'entreprises. Il fonde la Grameen Bank basé sur la conviction que l'accès au crédit est un droit humain, et non le privilège de quelques-uns. Aujourd'hui, la banque a octroyé près de vint-quatre milliards de dollars de micro-prêts à plus de neuf millions de familles. Le taux de recouvrement atteint plus de 90%, et 97% de ses clients sont des femmes. Des programmes de micro-crédit ont éclot dans le monde entier et bénéficient à des centaines de millions de personnes.

Vers un Monde sans pauvreté, avec Alan Jolis, Ed. J.-C. Lattès - 1997

Trouvez-le chez votre libraire de quartier, Ou:

Acheter en ligne
Vers un nouveau capitalisme

Un après avoir reçu le Prix Nobel de la Paix, Muhammad Yunus présente, dans Vers un nouveau capitalisme, sa vision d’un nouveau modèle économique associant le libre fonctionnement du marché à la recherche d’un monde plus humain. Il présente plusieurs exemples de social business créés par la Grameen Bank.

Dans les deux dernières décénnies, le libre marché a envahit la planète, amenant avec lui un potentiel de changement positif de la société. Mais le capitalisme traditionnel ne peut pas résoudre les problèmatiques sociales telles que le creusement des inégalités ou la persistance de la pauvreté, car il est empêtré dans une vision restrictive de la nature humaine qui considère les personnes comme n'ayant qu'une seule dimension, intéressée seulement par le profit. En réalité, les êtres humains sont conduits par de nombreux autres intérêts, parmis lesquels les dimensions spirituelles, sociales, et altruistes. Bienvenus dans la révolution du social business, qui pourrait bien renouveler le capitalisme. Un monde où la vision créative de l'entrepreneur s'applique aux problèmes sociaux les plus pregnants : nourrir les plus pauvres, loger les sans-abris, soigner les personnes malades, et protéger la planète. Au fil des nombreux exemples qu'il présente - notamment son partenariat avec Danone - il montre que ce nouveau modèle d'entreprendre peut s'appliquer dans le monde entier.

Vers un nouveau capitalisme, Ed. J.-C. Lattès, 2008

Trouvez-le chez votre libraire de quartier, Ou:

Acheter en ligne
Manifeste pour une économie plus humaine

Le troisième livre du Professeur Yunus est dédié au principe du social business : son implémentation, son développement et son mantien.

Muhammad Yunus, le visionnaire pratique et créatif pionnier du micro-crédit, créateur de la Grameen Bank et lauréat du Prix Nobel de la Paix en 2006, a développé une nouvelle dimension du capitalisme, le social business. En détournant l'énergie mise dans la création de profit vers la résolution de problématiques humaines, le social business créé des entreprises viables et indépendantes qui génèrent de la croissance tout en participant à rendre le monde plus juste.
A travers cet ouvrage, Yunus démontre par des exemples pratiques comment le social business est passé de la théorie à la pratique, adopté par des multinationales (Danone, Véolia, Adidas), des entrepreneurs et des activistes sociaux en Asie, Amérique du Sud, Europe et aux Etats-Unis. Il tire des leçons de ses premières expériences, prouve de quelle manière le social business transforme des vies et offre des conseils pratiques à ceux qui souhaitent en créer. Enfin, il explique comment le marché a forcé ces entreprises a faire évoluer leur stratégie. Entre études de cas et réflexions sur l'avenir, le troisième livre du Professeur Yunus nous ouvre un monde stimulant et porteur d’espoir.

Manifeste pour une économie plus humaine, Ed. J.-C. Lattès, 2011

Trouvez-le chez votre libraire de quartier, Ou:

Acheter en ligne
Vers une économie à 3 zéros
La nouvelle économie vers zéros pauvreté, zéro chômage et zéro émissions nette de carbone

Dans son dernier ouvrage, Muhammad Yunus plaide en faveur d'une reconsidération des règles soutenant le capitalisme face à l'accroissement de la pauvreté, du chômage et des menaces du changement climatique.

Le Prix Nobel de la Paix, connu pour ses solutions créatives à la lutte contre la pauvreté, nous demande de considérer la dimension sociale des décisions et investissements que nous faisons. Il argumente pour un nouveau système basé sur l'altruisme et la générosité, plus efficaces et bénéfiques que l'intérêt personnel. Suivi aujourd'hui par des milliers d'entrepreneurs dans le monde entier en France, Allemagne, Inde ou Colombie, il démontre comment ces entreprises innovantes oeuvrent pour réduire la pauvreté, améliorer la santé ou l'éducation, lutter contre le réchauffement climatique, etc. Il dresse le portrait de cette nouvelle civilisation émergente et fonde de nombreux espoirs sur la jeune génération afin de se débarasser des effets pervers du capitalisme : la pauvreté, la pollution et le chômage.

Vers une économie à trois zéros, Ed. J.-C. Lattès, 2017 (Zéro pauvreté, zéro chômage, zéro émission carbone)

Trouvez-le chez votre libraire de quartier, Ou:

Acheter en ligne